Les larmes du lion

23 Nov
Retour à froid sur le championnat de France des super-légers entre Renald Garrido et Yazid Amghar qui s’est déroulé le 10 novembre 2016 à Paris (Halle Carpentier).
portrait-garrido-nb

Renald Garrido, après le combat, encore révolté par la décision des juges.

Destitué et meurtri, le lion pleure. Des sanglots pudiques de fauve blessé scandent doucement sa douleur. Les caméras de Canal Plus ne filment plus. Il peut enfin s’abandonner, confiant et sans défense. Il pleure comme un enfant offensé. Mais c’est un guerrier héroïque qui verse ces larmes interdites. Si Renald « Cœur de lion » Garrido a mal, ce n’est pas à cause des coups de son adversaire, le valeureux Yazid Amghar. Mais parce que deux juges sur trois lui ont ôté, contre toute attente, son titre de champion de France des poids super-légers à l’issue d’un combat dont il a dominé la plupart des rounds. Une décision contestable, bruyamment huée par le public parisien de la Halle Carpentier dont on a crucifié le héros populaire ce soir du 10 novembre 2016.

Le film du combat

renalgarrido3

Renald « Lion’s Heart » Garrido dans sa spectaculaire tenue d’entrée sur le ring.

Dès le 1er round, déterminé et agressif, Yazid Amghar, short tricolore et le cheveu ras, cherche à s’imposer. Avec sang-froid et précision, il maintient Renald Garrido à distance avant son bras avant et amorce ses contres en uppercut pour stopper les éventuelles charges du lion. Cependant, fin stratège, ce dernier déjoue tous les scénarios en ne se jetant pas rageusement dans le combat comme à son habitude. A distance, il observe sa proie, l’analyse et prépare ses attaques avec son bras avant, laisse venir et contre lui aussi.

Les 3 rounds suivants, Garrido, les pieds bien à plat du frappeur vissés sur le ring, marche sur son adversaire, accentue la pression. Au deuxième round, il touche nettement Amghar à la face en boxant « en crouch », garde hermétique et recroquevillée, passant ses larges coups à l’intérieur, cassant la défense virevoltante de son challenger. Pour affoler le taureau Garrido, le prétendant au titre national des super-légers multiplie avec intelligence les initiatives : changements successifs de garde (droitier-gaucher), feintes du buste, abaissement des mains…
Au 5ème round, le lion attaque. Amghar, toujours mobile, esquive, bloque, contre. Il donne cependant quelques signes de fatigue et commence à accrocher son adversaire.
Le 6ème round aura surpris plus d’un observateur avisé : bien en garde, à distance, Garrido distribue de puissants directs du bras avant qui font mouche. Le fougueux lion démontre qu’il sait se maîtriser et qu’il est capable de déployer une boxe plus académique, plus classique.
Entre le 7ème et le 9ème round, Garrido fait la guerre et secoue plusieurs fois Amghar avec ses larges crochets des deux mains et ses droites méchantes. Expérimenté et en excellente condition physique, Amghar résiste à la tempête et fait preuve du même courage qui l’a porté pendant tout le combat.
Au 10ème et dernier round, Garrido finit fort et touche à nouveau son adversaire à la face. La suite, on la connaît : Yazid Amghar est déclaré vainqueur aux points. Une décision partagée puisque l’un des trois juges avait désigné Garrido vainqueur de ce combat. La réaction du public ne se fait pas attendre : sifflements, huées…

Yazid Amghar, nouveau champion de France des super-légers.

Yazid Amghar, nouveau champion de France des super-légers.

Deux conceptions de la boxe qui s’affrontent

Pour autant, il ne faut pas sous-estimer la performance de Yazid Amghar même s’il semblait lui-même surpris à l’énoncé de sa propre victoire. Chacun apprécie et analyse le combat en fonction des critères qu’il estime les plus pertinents : nombre de touches, netteté et efficacité des coups portés, précision, combativité, forcing, jeu défensif, technicité, engagement… Et même si le pointage des juges est censé obéir à des règles précises, ils n’en demeurent pas moins des hommes avec leur subjectivité et leur sensibilité. Ce sont, finalement, deux conceptions de la boxe qui s’affrontent dans ce genre de décisions contestées : escrime du poing ou affrontement de guerriers ? Faites-vous votre propre idée en visionnant le film du combat ici : https://youtu.be/ggjpG5oVfkQ

Nasser NEGROUCHE

 

 

Laisser un commentaire

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :