Non, Loucif Hamani n’est pas décédé !

27 Juin
Des retrouvailles chaleureuses entre Loucif Hamani et Nasser Negrouche en février 2014 au Championnat de France amateurs de boxe anglaise  (Fontenay-sous-Bois).

C‘est une fake news à l’algérienne. Colorée et théâtrale, enrichie de détails épicés, de témoignages hallucinatoires, de trémolos larmoyants et d’expressions de circonstances macabres, teintées d’une religiosité d’apparat. Le tout sur un ton fataliste ponctué des traditionnelles jérémiades qui vont avec (package mortuaire classique). Ces pantomimes dissimulaient mal cependant la sorte de jouissance perverse éprouvé par celui qui vous annonçait la nouvelle (sans aucune émotion d’ailleurs…) d’un ton conquérant. Comme si son titre éphémère d’ambassadeur de la mort lui conférait une sorte de prestige moral, de toute puissance céleste…
Tout a commencé hier, en toute fin de soirée, sur les pages Facebook de certaines structures sportives algériennes décidément bien pressées d’enterrer notre frère de coeur et de combat Loucif Hamani. Vers 23h30, elles ont commencé à publier l’infox sur la foi d’une rumeur, d’un coup de fil ou tout simplement parce qu’une page concurrente du célèbre réseau social avait déjà publié la fausse nouvelle. « On ne va quand même pas se laisser doubler sur ce coup-là », se disaient intérieurement les administrateurs de ces comptes… Il est d’ailleurs instructif de constater, sur ces mêmes pages prétendument dédiées au sport, à la jeunesse, à la vie, le nombre impressionnant d’avis de décès qui y sont publiés. Toujours dans le même ton empesé et sinistre. De vrais journaux nécrologiques !

Des pratiques de charognards

La folle machine de l’intox était lancée et plus rien ne pouvait l’arrêter. Vérifier l’authenticité de l’info ? A quoi bon ?… Si le cousin du frère de la grand-mère d’Ali l’avait dit au voisin du père de mon oncle, c’est bien que c’était vrai… Et puis, Abdel machin m’a bien dit qu’il avait été transporté à tel hôpital où travaille l’ex-mari de Malika… Plus grave : certains médias « professionnels » n’ont pas hésité à reprendre l’information tels de vulgaires diffuseurs de ragots, sans aucune vérification et contre-vérification des faits ainsi que l’exigent les règles élémentaires du journalisme en de pareilles circonstances. Et en ne se préoccupant pas le moins du monde du choc psychologique et de la douleur immense qu’une nouvelle aussi grave aurait pu causer à la famille de Loucif, à ses proches, à nous qui avons partagé tant d’émotions avec lui pendant ces longues années de compagnonnage au Boxing Club de Choisy-le-Roi. Honte à ces charognards.

Une oeuvre immortelle comme les Isefra de Si Mohand ou Mhand , un tableau du Caravage ou un concerto de Bach !

N’attendons pas que Loucif Hamani soit décédé pour le célébrer comme il le mérite. C’est ce que nous faisons sur ce site depuis toujours. Il est trop facile de pleurer les morts, la mine compassée, lorsqu’ils ne sont plus là pour vous regarder dans les yeux. Aimons les êtres humains qui nous sont chers tant qu’ils sont encore vivants. Et disons leur notre amour, notre fraternité, notre estime en les serrant dans nos bras avec sincérité. Les regrets faussement émus, tardifs et les formules protocolaires et sans âme n’ont pas beaucoup d’intérêt. Et de toute manière, les dépeceurs de cadavres ignorent à l’évidence que la magistrale oeuvre pugilistique composée par Loucif Hamani est immortelle. Eternelle. Au-delà du temps. Il a forgé sa légende sur les rings du monde entier et à jamais elle y demeurera gravée comme un joyau précieux. Quoi qu’il arrive. Traversant les générations et narguant joyeusement le fil du temps. Comme les Isefra de Si Mohand ou Mhand , un tableau du Caravage ou un concerto de Bach. Longue vie à toi mon frère de coeur ! Mes chaleureuses salutations à toute ta famille.

Nasser NEGROUCHE

Génération Teissonnières !

23 Juin
Pour que jamais ne s’éteignent la mémoire de notre cher club de boxe et les nobles valeurs transmises par son fondateur, le regretté Julien Teissonnières…

Cest le nom de la grande opération de solidarité lancée pour garantir la survie de votre site Choisy Boxe. A la demande de plusieurs d’entre vous, qui n’ont pas pu répondre à l’appel au don lancé dans le dernier article, voici un lien vers une cagnotte permettant un paiement en ligne totalement sécurisé et qui accepte toutes les CBJe participe à l’opération Génération Teissonnières

D’avance, merci du fond du coeur de votre contribution ! En contrepartie de votre participation, votre nom figurera sur l’album Génération Teissonnières que nous publierons sur ce site à la fin de la collecte. Et si vous avez envie de nous aider à récolter plus de dons, je vous remercie de bien vouloir partager cette cagnotte avec vos amis, vos proches en leur envoyant le lien ci-dessous.

 

N.N

 

L’or et le charbon

16 Juin
Du jaune sur un fond noir, les couleurs historiques du Boxing Club de Choisy-le-Roi

Le nouveau logo de notre site ne doit rien au hasard. Les couleurs historiques du BC Choisy-le-Roi, dans les années 70 à 90, étaient le jaune et le noir. L’or de la victoire et le charbon de l’effort. La souffrance, les sacrifices et la gloire. Tout un symbole chromatique qui illustre bien la philosophie Teissonnières : travailler dur, très dur même puis savourer (modestement) son triomphe. Et recommencer… A la belle époque de notre club, shorts et peignoirs de combat portaient tous ces mêmes peintures de guerre. Trois bandes jaune sur fond noir. Signées Adidas, nos tenues tissées dans une soie légèrement brillante suscitaient l’admiration dans les vestiaires. Elles tranchaient avec les coloris souvent vifs (bleu ciel, vert, rouge, orange…) qu’arboraient les autres écoles de boxe. Et le public ne s’y trompait pas non plus lorsque nous traversions la salle pour nous rendre sur le ring. Le peignoir, surtout, avec son revers jaune à l’encolure et aux manches respirait la classe. Vissées à nos pieds, d’authentiques chaussures de boxe noires, tout en cuir, complétaient notre costume d’apparat. Certaines paires remontaient aux années 60. Et lorsque la pointure ne correspondait pas exactement à la taille du pied du boxeur, Julien Teissonnières n’hésitait pas à forcer un peu la main… Ainsi, il n’était pas rare qu’un boxeur qui chaussait habituellement du 42, par exemple, enfilât des brodequins de taille 40. Un vrai supplice. Le cuir rigide ne s’assouplissait guère pendant le combat et on ressortait de la bagarre sans une égratignure mais avec de méchantes ampoules aux orteils. Les poings levés au ciel mais les pieds défaits. La victoire et la souffrance. Encore la métaphore de l’or et du charbon. « La boxe est un sport janséniste », écrivait Roland Barthes.

Nasser NEGROUCHE

Direct plein coeur…

5 Juin
Djamel Rémini, entraîneur du CSQL de Choisy-le-Roi, dans le coin du ring de la Porte Pouchet, conseille son boxeur pendant la minute de repos. Photo : Chris Henry.

Le coup…de pouce est arrivé par courrier. Un chèque de 100 euros. Envoyé à Choisy Boxe il y a quelques jours par Djamel Rémini, ancienne gloire du Boxing Club de Choisy-le-Roi, pur produit de l’école de boxe fondée par Julien Teissonnières. Depuis 2005, il dirige avec talent son propre club, le dynamique Cercle sportif Quartiers Libres (section Boxe) à Choisy. Un geste à l’image de l’homme : spontané et généreux. « J’ai voulu ainsi contribuer au fonctionnement du blog car je sais que tu passes beaucoup de temps à faire vivre bénévolement la mémoire de notre club et que l’animation d’un site engendre des frais… », m’a confié Djamel lorsque je l’ai appelé pour le remercier. Il n’a pas tort… Entre les paiements des redevances annuelles liées à l’hébergement du site et au nom de domaine, les coûts de l’éditeur WordPress et des applications connexes, les frais de déplacement pour aller récupérer des archives à droite à gauche, effectuer des recherches ou copier et numériser des documents, l’air de rien, il faut disposer d’un petit budget non négligeable pour faire vivre le site. Depuis sa création, en septembre 2012, je prends intégralement en charge tous ces frais. Et je n’ai jamais sollicité aucune aide durant ces sept années car – tous ceux qui me connaissent le savent bien – c’est la passion pour notre club qui m’anime. Je ne compte pas mes heures de travail pour en faire revivre l’histoire, transmettre sa mémoire aux plus jeunes et perpétuer ainsi la formidable aventure humaine vécue ensemble pendant toutes ces années d’or qui brillent toujours dans nos souvenirs partagés. Merci Djamel pour ton aide précieuse qui contribuera à la pérennité du site. Si vous voulez, vous aussi, soutenir Choisy Boxe, vous pouvez cliquer sur « Je fais un don » (en haut à droite de l’écran) et vous pourrez me faire parvenir directement votre participation par CB (suivre le lien vers paypal pour accéder au paiement par CB). Vous pouvez aussi cliquer ici : https://choisyboxe.com/je-soutiens-choisy-boxe/ Toute aide est évidemment la bienvenue, quel que soit son montant. Merci à vous !

Nasser NEGROUCHE

error: Content is protected !!